Coupe du monde 27 Octobre, il y a 4 ans

Scandale de la FIFA : La FIFA dans l'oeil du cyclone

Image Scandale de la FIFA : La FIFA dans l'oeil du cyclone

"Coupe du Monde : des votes à vendre."Phrase choc pour révélation fracassante. Le Sunday Times a livré mercredi dernier, une bombe qui pourrait faire énormément de dégâts : l'hebdomadaire anglais a révélé que deux membres du comité exécutif de l'association aurait monnayé leur accord pour dire oui au dossier de l'Angleterre, candidate à l'organisation de la Coupe du Monde 2018. Retour sur ce Scandale de la FIFA qui menace l'ensemble du football mondial.

Image illustration


Une vidéo qui remet tout un système en question : le Sunday Times publiait une bande montrant Michel Zen-Ruffinen, ancien secrétaire de la FIFA pointant du doigt des membres qui seraient selon lui, corrompus. Précisons que cette vidéo est en fait une caméra cachée. Mais ne nous y trompons pas. Elle tient tout son sens. Amos Adamu et Reynald Temarii, les deux membres du comité exécutif, épinglés pour ces soupçons ne semblent pas être seuls à tremper dans des affaires loin d'être claires. " X est très bien, c’est un type bien, mais il est prêt à toucher de l’argent." déclare Zen-Ruffinen, qui a volontairement masqué les identités de chacun. Prêt à toucher de l'argent, pour qui ou pourquoi ? Tout simplement dire oui à la candidature anglaise pour l'organisation du Mondial en 2018. Autant dire que si ces "arrangments entre amis" sont avérés, inutile de préciser que le dossier va prendre un sérieux coup dans l'aile Outre-Manche. Mise à part, les Britanniques qui pourraient perdre beaucoup dans cette histoire, Sepp Blatter pourrait aussi se voir menacer même si la tendance le voit être élu à l'unanimité pour briguer un autre mandat. Mr Zen-Ruffinen ne veut pas en rester là, non plus, il envisagerait d'attaquer le Sunday Times : "Je suis absolument scandalisé et je vais voir comment je peux prendre des mesures judiciaires à leur encontre, ça c’est clair." Autant dire que le Scandale de la FIFA est loin d'être achevé.


Les faits exposés par l'hebdomadaire sont clairs : Amos Adamu, membre nigérian du comité exécutif de la FIFA, aurait demandé 570 000 euros pour soutenir une candidature et l'autre coupable de cette affaire, Reynald Temarii, Vice-Président de l'association et président de la Confédération océanique de football (OFC), aurait souhaité obtenir 1,6 million d’euros au profit d’une académie de sport. On le sait, la presse anglaise est avant tout une presse qui veut faire vendre en proposant du sensationnel, sans forcément vérifier la véracité des informations. Alors à défaut de le croire, on peut émettre quelques doutes sur cette organisation qui n'a pas toujours été la plus transparente au monde.

Chris14