Ancelotti: « Le PSG toujours à la recherche d’identité »

756

L’entraîneur du Bayern Munich estime que les géants de la Ligue 1 n’ont pas encore trouvé leur identité, même en ayant fait signé l’été dernier  Neymar et Kylian Mbappe.

Carlo Ancelotti pense que Paris Saint-Germain est toujours à la recherche d’une identité après avoir signé Neymar et Kylian Mbappe.

PSG a dépensé une somme record de 222 millions d’euros sur la star brésilienne Neymar et s’est aussi attaché les service de Mbappe, là aussi pour une somme record. La star qui a participé au sacre de Monaco la saison passée.

Mais l’ancien entraîneur du PSG Ancelotti, de retour au Parc des Princes mercredi en Ligue des champions, estime que le club français doit donner le temps aux nouvelles recrues de s’installer malgré leurs qualités. Avec Neymar et Mbappe, Paris est à la recherche d’une identité », dit-il au Figaro. « Au Bayern,  depuis des années, la ligne a été tracée, l’identité est claire, ce qui n’est pas encore le cas au PSG.

Mais Paris est déjà au niveau des meilleurs. Lorsque vous achetez des joueurs à ce prix et à ce niveau, vous devez avoir le temps et ils doivent entrer dans la mentalité de l’équipe. C’est leur défi  »

#Ancelotti se réjouit de retourner à PSG, qui, selon lui, est devenu un « grand club » depuis son départ en 2013. Je trouverai un Paris Saint-Germain qui a beaucoup changé depuis mon départ en 2013″, dit-il. « Le club s’est amélioré et a acquis plus d’expérience après de nombreux investissements. Maintenant, c’est un grand club.

« Je suis heureux de voir le Parc des Princes, les supporters et les joueurs comme Thiago Silva, [Adrien] Rabiot, [Thiago] Motta, [Marco] Verratti, [Javier] Pastore. On avait une bonne relation, je leur ai manqué. Je reste également en contact avec le président [Nasser Al-Khelaifi]. »

Il a ajouté: « J’ai de bons souvenirs de mon séjour là-bas. J’ai aidé le club à changer de mentalité et PSG a réussi à grandir un peu plus tard. »

« Même si nous avons eu des problèmes après mon départ pour le Real Madrid, quand je pense à Paris, je suis heureux. »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *